terça-feira, 27 de janeiro de 2015

Coup de Théatre

Elle, un ange qui s'appelle Gabrielle,
Qui m'a appellé du fond d'un abîme,
Ne porte pas d'ailes, est plutôt reèlle:
Brûle mes chimères, partage ce que j'aime.
Sa face, sa chair, son âme sont toutes belles!
Incroyable qu'on soit toujours d'accord
Sur la sottise d'humaines bagatelles,
Des gens qui prefèrent cacher son coeur.
C'est à dire, donc, la femme ideèlle?
Pas du tout, bien sûr ça n'existe pas.
Mais, parmis toutes, je choisirais celle
Qui me laisse être moi même, en tout cas.
Elle, parue comme un coup de théatre,
M'a fait me réveiller pour me battre.